Environnement et carrières : halte aux idées reçues !

Quand on est chef de carrière, nos oreilles ont tendance à siffler.

Du bruit aux embouteillages créés par les poids lourds, en passant par la destruction d'un habitat naturel ou par la poussière, la filière des minéraux industriels a bon dos auprès du grand public

Si certains préjugés se vérifient - nous en reparlerons plus loin, nombre d'accusations sont pourtant infondées, selon l'étude de l'UNICEM.

Jean-Claude Lefeuvre, professeur au Muséum d'Histoire Naturelle l'affirme : « Il est possible d’exploiter des carrières en respectant l’environnement. Les systèmes artificiels ainsi créés peuvent même aider à compenser une partie des pertes de biodiversité que l’on observe en France ».

Et oui, contre toute attente, les carrières sont des lieux favorables à la vie et à la reproduction des espèces de faune et de flore !

Néanmois, il reste encore du chemin à parcourir avant qu'elles ne deviennent des modèles de durabilité. Cet article parcourt idées reçues, faits avérés et bonnes pratiques pour transformer les carrières en véritables atouts pour la planète.

Les carrières et l'environnement dans l'inconscient collectif

Les carrières de roches et de sables sont souvent synonyme de marques permanentes sur l’environnement : pour les construire, il a bien fallu détruire tout un écosystème et donc en chasser la faune et la flore....

Des idées reçues sur l'impact des carrières sur l'environnement...

Idée reçue n°1 : les carrières détruisent l'habitat naturel de nombreuses espèces et créent des milieux rocheux hostiles.

Les études réalisées montrent que les carrières de roche massive créent en fait des habitats proches des milieux rocheux naturels, introduisant une parenthèse dans paysage agricole ou forestier :

  • Elles mettent notamment à nu de nouveaux minéraux bénéfiques à certains êtres vivants.
  • Elles génèrent une rupture topographique, climatique et hydrique dans la région et permettent donc la création de mares et de plans d'eau.
  • De nouveaux espaces sont créés grâce aux fronts de taille, carreaux, bassins et remblais, dans lesquels la faune et la flore peuvent trouver abri.

Résultat : elles accueillent de 35 à 55 % des espèces animales présentes sur le territoire national. Ce chiffre les placent à un niveau équivalent à celui d’une Zone Naturelle d’Intérêt Écologique Faunistique et Floristique. Et oui, tout de même !

Idée reçue n°2 : les carrières sont des terres arides qui ne sont pas propices à la vie.

Les étendues aquatiques créées par les carrières alluvionnaires sont le refuge de nombreuses espèces menacées par la disparation de zones humides naturelles. D'ailleurs, 90 % des espèces d’oiseaux d’eau présentes en France fréquentent ces sites durant l'année. Ces milieux sont également favorables à la reproduction des amphibiens et à certaines espèces végétales rares

... et des faits avérés !

Idée reçue n°3 : une grande partie des déchets ne sont pas recyclés.

Aujourd'hui, seuls 65% des déchets du BTP sont recyclés. Ils sont valorisés et font partie d'une chaine complète de réutilisation ou d'économie circulaire pour ainsi les réduire un maximum, ainsi que l'impact sur la planète et les habitations environnantes.

Idée reçue n°4 : les carrières gaspillent de gros volumes d'eaux.

Il est clair que les carrières sont de grandes consommatrices d'eau. En France, sur les 3300 carrières que l'on compte, 1750 lavent les matériaux issus de leur production. Si ce lavage des granulats est une étape primordiale afin de supprimer les particules fines et d'assurer une adhérence suffisante avec les liens, comme le bitume, la chaux, le ciment.

Néanmoins, il faut noter quelques informations qui allègent le bilan :

  • l'eau utilisée n'est pas forcément de l'eau potable
  • l'eau est intégralement recyclée et réutilisée une fois décantée
  • l'eau n'est pas rejetée à l'extérieur de l'arrière sans avoir contrôlée au préalable
  • les zones de décantation naturelle deviennent un milieu habitable pour la faune et la flore

Idée reçue n°5 : les poussières qui se propagent sont toxiques.

Les impacts de la poussière sur l'environnement sont nombreux :

  • irritation et altération de la fonction respiration : plus les particules sont fines, plus elles pénètrent profondément dans l'organisme.
  • salissures chroniques sur les constructions et éléments extérieurs, en fonction de la teinte des matériaux
  • pollution des sols, si elle contient des métaux lourds.

Comment soutenir l'environnement dans votre carrière ?

Un suivi précis de vos actions environnementales

En 2021, vous mesurez probablement votre performance grâce à deux indicateurs : le volume de matière extraite et le chiffre d'affaires généré. Et si vous preniez la situation sous un autre angle ?

Vous pourriez aussi utiliser des indicateurs verts :

  • l'impact sur la biodiversité, par le nombre d'espèces recensées dans la zone
  • le recyclage, par le taux de valorisation des déchets de la carrière
  • l'utilisation d'eau, par la quantité d'eau pour 1m3 de béton
  • le bruit, par une analyse du des décibels émis par le site
  • la biodiversité, par le le nombre d'arbres plantés

La valorisation des déchets

La valorisation des déchets est une action prioritaire dans la majorité des carrières.
L'Union européenne avait fixé pour 2020 un objectif de recyclage de 70% des déchets inertes générés par le BTP. Cet objectif a depuis été dépassé !

Voici les recommandations des syndicats sur le sujet, qui ont fait leurs preuves :

  • une utilisation plus rationnelle des ressources et une production de granunlats calquée sur les besoins réelles des clients : gare à la sur-production !
  • la sensibilisation et la formation des équipes
  • des partenariats avec des filières de recyclage locales
  • le recyclage au sein-même de la carrière en utilisant les déchets inertes pour le remplaiement partiel ou total des zones d'extraction ou la réalisation de modèles paysagers

La réduction des nuisances sonores

Si les engins d'extraction sont souvent bruyants, ce sont en fait les aller-retours des poids lourds qui dérangent le plus les riverains, et plus particulièrement la file de camions qui patientent devant la carrière.

Pour atténuer ce point de tension, le groupe Garandeau a mis en place de nombreuses actions qui peuvent vous inspirer.

Côté engins

  • utiliser une belle ou un brise-roche plutôt que des explosifs, quand les propriétés de la roche le permettent
  • équiper vos véhicules d'avertisseurs moins sonores la journée et de gyrophares la nuit
  • remplacer les tombereaux par des bandes transporteuses silencieuses
  • encaisser au maximum les installations de traitement des matériaux
  • barder vos installations dans la mesure du possible

Côté poids lourds

  • fluidifer le trafic sur site pour accélérer le temps de chargement et réduire la file d'attente, grâce à des bornes digitales à l'entrée et à la sortie de la carrière
  • travailler avec les institutions publiques pour bénéficier de voies d'accès enrobées en bon état

La gestion des émissions de poussière

Sur ce sujet, les syndicats MIF, SFIC et UNPG ont mené tout un travail de recherche sur l'impact des poussières sur la santé et l'environnement ainsi que les solutions pour limiter les émissions.

Pratiquer le dépoussiérage par aspiration

On parle bien ici d'aspiration : il vaut mieux éviter d'utiliser une soufflette qui propagerait encore plus les particules de poussières.

Vous pouvez mettre en place :

  • une aspiration centralisée
  • une aspiration pontcuelle
  • un dépoussiéreur électrostatique
  • une aspiration ponctuelle par camion

Sensibiliser les équipes

Cela devrait d'ailleurs être le premier conseil ! Les équipes doivent être formées aux problématiques environnementales dans leur ensemble. Dans le cas des poussières, la sensibilisation sera axée sur :

  • l'utilisation de protections lors des interventions
  • la rotation des effectifs pour le nettoyage des installations

Procéder à l'abattage des poussières

L'idée ici est de piéger les particules en suspension avec les goutelettes d'eau pour qu'elles retombent ou qu'elles ne se détachent pas des matériaux.

Il existe 3 solutions :

  • l'arrosage : on répand l'eau à basse pression sur une piste avec du matériel agricole.
  • l'atomisation : on pulvérise l'eau à basse pression avec de l'air comprimé
  • la nébulisation : on projette l'eau à haute pression sous forme de brouillard

Une bonne solution pour les poussières mais moins bonne pour l'environnement ! Attention donc à optimsier les quantités d'eau utilisées.

Assurer la maintenance et l'entretien des installations

Au-delà du fait que les machines doivent être entretenues pour ne pas produire des particules supplémentaires - en tremblant par exemple, vous devez aussi réfléchir en amont de l'installation à certains éléments :

  • Vérifier que les nouvelles installations sont faciles à entretenir : bien choisir le matériau utilisé pour les murs et les sols, limiter le nombre de recoins...
  • Disposer judicieusement les ateliers pour éviter qu'ils ne soient proches d'une source de poussière
  • S'assurer de la ventilation suffisante des espaces de travail

Automatiser et mettre en place un contrôle vidéo

Cela permet d'isoler le personnel des sources d'émissions de poussière, de limiter le temps d'exposition aux seules interventions pour accident et d'assurer la maîtrise de la ligne de production en temps réel

La transformation du terrain

Une carrière doit fusionner au mieux avec son environnement. Pour cela, il est recommandé de planter de la végétation et notamment des arbres autour du site :

  • atténuer les nuisances sonores
  • créer une limite naturelle
  • attirer de nouvelles espèces d'animaux
  • transformer l'environnement de travail de vos collaborateurs

C’est ainsi qu’une ancienne carrière au Maroc, étendue sur une zone d’environ 130 ha a planté près de 12 000 oliviers et 70 000 autres espèces d’arbres et de plantes en tout genre afin de créer un milieu propice aux abeilles.

Cette végétation peut être installée sur les espaces où l'activité est moindre ou terminée. Plus globalement, nous vous conseillons de réfléchir à l'aménagement des espaces dans le but de valoriser écologiquement le site.

Au-delà des bénéfices pour la planète, vous serez aussi perçu d'un bien meilleur oeil par vos voisins.

Pour conclure, vous avez toutes les clés en main pour donner du sens à votre carrière et en faire un outil à impact positif sur l'environnement.

Chez Synaxe, nous sommes très sensibles à ces sujets et c'est aussi pour cela que nous avons développé nos solutions. Vous pouvez ainsi

  • installer des bornes d'entrée et de sortie, pour fluidifier les flux de poids lourds sur la carrière
  • dématérialiser vos bons de livraison, pour réduire la quantité de papier utilisée
  • automatiser une partie de votre ligne de production, pour limiter l'exposition de vos équipes aux particules fines

À vous de jouer maintenant !
(et pour découvrir les solutions Synaxe, c'est par ici !)